BiographIE

Géza Anda est né à Budapest le 19 novembre 1921 ; accepté comme élève du Conservatoire de Budapest à l’âge de 13 ans, il a étudié avec Ernst von Dohnányi, Zoltan Kodály et Leo Weiner.
En 1940, il remporte le très convoité prix Franz Liszt et fait ses débuts un an plus tard avec le Deuxième concerto pour piano de Brahms, sous la direction de Willem Mengelberg.

Une bourse d’études à Berlin le fait connaître de Wilhelm Furtwängler, sous la direction duquel il a interprété les Variations symphoniques de César Franck avec l’Orchestre philharmonique de Berlin ; c’est Furtwängler qui a qualifié le jeune Anda de « troubadour du piano ».

Parallèlement, le jeune homme de vingt ans commence à enseigner le piano à Berlin et à enregistrer ses premiers disques.
En 1943, Anda réussit à émigrer en Suisse et à s’y installer définitivement.
De 1953 à 1955, il donne une masterclass à l’Académie internationale d’été du Mozarteum de Salzbourg et, en 1960, il succède à Edwin Fischer comme directeur des masterclasses de Lucerne pendant un peu moins de 10 ans.

A partir de 1969, il enseigne à Zurich dans le cadre des International Masterclass.

En 1979, trois ans après la mort prématurée d’Anda (le 13 juin 1976), la première édition du Concours Géza Anda est organisée à Zurich. Le concours est organisé, afin de promouvoir de jeunes pianistes dans l’esprit musical de Géza Anda.

L’audace pianistique de Géza Anda dans le répertoire de Liszt, Franck, Tchaïkovski et Rachmaninov, ses interprétations innovatrices de Bartók et de Chopin – ont été égalées par sa puissance expressive dans le répertoire classique et celui du romantisme allemand.

Sa capacité de création musicale, technique et intellectuelle étaient fondées sur une fusion de la forme et du fond de chaque œuvre, en tant qu’unité d’une œuvre, notamment chez Beethoven, Schubert, Schumann et Brahms.

C’est ainsi que le jeu d’Anda a acquis cette « clarté » qu’on lui attribue comme un « tempérament festif ». Dès 1950, elle caractérise son interprétation des concertos pour piano de Mozart, encouragé dans cette direction par Clara Haskil.

De 1952 à la veille de sa mort, Géza Anda s’est produit chaque année en tant que soliste au festival de Salzbourg ; un record qu’aucun autre concertiste n’a égalé dans la ville natale de Mozart.

C’est là qu’il a également commencé à diriger les concertos pour piano de Mozart avec la Camerata Academica de Salzbourg, avec qui il a fait de nombreuses tournées. Avec le même ensemble, il est devenu le premier interprète à enregistrer tous les concertos pour piano de Mozart, un exploit qui lui a valu de nombreux prix. Pour 16 des 27 concertos, Anda a écrit ses propres cadences.

Le vaste répertoire de Géza Anda n’a d’égal que l’adhésion et la fidélité de son public dans le monde entier. Ce que le public percevait, c’est un style de jeu qui touchait au plus profond le cœur de toute grande musique.